La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

La déficience intellectuelle légère

D'abord, beaucoup de gens se questionnent sur le fait que j'ai une déficience intellectuelle légère. Et ce que les gens souvent me répondent: ''mais elle n'a pas de déficience intellectuelle...'' Vous pourrez maintenant mieux comprendre les impacts de la déficience intellectuelle légère qui est très subtile dans mon cas...   

Courbe normale

                                   http://melanie-rodriguez.fr/les-tests-de-qi-echelles-de-weschler-et-loi-normale/

La ligne rouge indique mon résultat du QI

Description générale du Quotient Intellectuel

Le rapport neuropsychologique passé à l'âge de 8 ans, décrit globalement mon quotient intellectuel. J'ai dû passé cette évaluation pour permettre à la psychologue de l'école d'officialiser le diagnostic de la déficience intellectuelle légère (D.I.L.). La psychologue de l'école doit se baser sur l'ensemble des résultats de toutes les évaluations (Plan d'Intervention adapté (P.I.A), bulletins scolaire, rapport orthopédagogique, évaluations psychologiques scolaires et les rapports de divers intervenants des Centres de réadaptations (C.R.E, Montérégie)... pour évaluer les retards scolaire.

 

 

En fait, un enfant a jusqu'à l'âge de 12 ans pour faire son primaire. Il peut avoir une dérogation de 1 an supplémentaire (13 ans) pour entrer au secondaire normalement. S'il a 2 ans de retard et plus, il sera considérer comme difficulté grave d'apprentissage (D.G.A.).

On ne parle pas vraiment de "lenteur" mais de difficultés d'apprentissage. La lenteur est un diagnostic donné par un psychologue. Il est donné lorsqu'un élève plafonne. Lors de test poussé, on envoie souvent les enfants en neuropsychologie pour ces diagnostics. C'est un élève présentant des retards académiques. Après, on peut parler de D.G.A et finalement, de D.I. Avant la 3e année, on pose rarement des diagnostics car l'enfant est en apprentissage et le rythme est assez différent Après, la 3e année, on peut commencer à croire à des retards d'apprentissage. Et si ça ne s'améliore pas ou peu, on évalue pour voir les retards. On peut remarquer des retards avant... mais on laisse la chance à l'élève de débloquer. Ça n'empêche pas les rencontres en orthopédagogie et tous les autres spécialistes.

 

 Détail du Quotient Intellectuel

Ce qui est particulier de la déficience intellectuelle légère de mon cas est ceci:

 

Ceci représente les aspects généraux d'une personne ''normale'' en société. Aussi, les impacts d'une personne qui vit avec une déficience intellectuelle. Je suis donc dans le centre en ayant une déficience intellectuelle légère. Comment ce résultat est-il devenu si exceptionnel? D'abord, c'est le résultat approfondi du Q.I. Ce résultat est permanent... D'ailleurs, selon le neuropsychologue, c'est très rare qu'une personne ai un tel résultat. La stimulation a été l'élément pour arriver à l'autonomie. C'était important et la stimulation a permis aussi de créer de nouveaux ''circuits'' neurologique dans mon cerveau. Comment? En ayant déménager dans plusieurs régions, en suivant des cours de piano (développer la coordination œil-main), en réalisant quelques voyages seule. En développant des projets. Et des centaines d'autres. Montrer. Organiser. Planifier. Expliquer. Monter des plans d'action, par des dessins et des images,... Tout ces outils ont été utilisé pour enfin appliquer les projets. Mon cheminement se travail toujours ''en amont'', pour réaliser le projet au bout d'environ 2 ans, en étant autonome. Le support des parents est toujours important, comme tous, pour être là au besoin, à tout moment.

Malheureusement, certains aspects ne sont pas encore compris, entendu et respecté dans la société. Je dois donc travailler très fort pour me ''créer'' cette place parmi la société, en cherchant mes propres solutions.

Tout ces rendez-vous, être entourer de plusieurs spécialistes, avoir des évaluations de partout, aller dans différent établissements... Émotivement, c'était très lourd a supporter. Parfois très long. Parfois très pénible. Toujours très intensifs à chaque fois. J'en ai souvent pleuré car j'en pouvais plus, mais fallait pas lâcher. Tout ça a aidé dans mon développement et c'était très important pour pouvoir continuer!

 © 2018. Le courrier de Marie Lee. Tous droits réservés. Propulsé par votresite.ca